Une vie de chien

Chaque année, 100 000 animaux se font abandonner, dont 80% à l’approche des vacances d’été. Ainsi, c’est plus de 60 000 chiens et chats qui se retrouvent sans foyer à la période estivale et qui sont placés dans des centres spécialisés. J’ai voulu me mettre à la place d’un d’entre eux dans ce court-métrage intitulé « Une vie de chien ». J’ai réalisé ce clip de sensibilisation l’année dernière avec Movie Maker. Je vous laisse le découvrir ci-dessous :

Dans les Pyrénées-Orientales, on retrouve 6 refuges pour les animaux abandonnés, notamment la SPA (à Perpignan ou à Torreilles) ou encore « Un gîte une gamelle » à Rivesaltes. Pour réaliser mon reportage, je suis allée à la rencontre de Sylvie Quintana, la responsable de la Société Protectrice Animale de Perpignan SUD, que j’ai pu interviewer :

Comment êtes-vous devenue la responsable de cette SPA ?

« Je suis arrivée ici en tant que bénévole, il y a 18 ans de cela, et au fur et à mesure, j’ai fini par arriver à ce poste. J’ai étudié la psychologie et la psychiatrie animale, c’est très intéressant, et ça permet d’aider un peu plus pour les adoptions. Il faut que le caractère de l’animal corresponde à celui de sa nouvelle famille et vice versa. Il faut respecter les besoins de l’animal et de l’adoptant. »

Comment se déroule généralement une journée à la SPA ?

« On ne sait jamais ce qui peut arriver… Devant le portail, on trouve souvent des chiens attachés, il y a quelques années c’était un chameau, ou un poney, ou des animaux occidentés… Il n’y a pas de journée type, c’est jamais pareil, hormi le nettoyage, les soins aux animaux et les adoptions. »

Combien accueillez-vous d’animaux chaque année ?

« A peu près 600 animaux rentre chez nous, que ce soit des abandons volontaires, c’est-à-dire le maître lui-même qui nous les amène ici, ou des animaux que nous récupérons à la fourrière. Eux, ce sont des animaux abandonnés sur la voie publique. Ils restent 10 jours à la fourrière, et si le propriétaire ne s’est pas manifesté, nous on reçoit les sélections et ils sont transférés à la SPA. »

Il y a une sélection parce que les places sont limitées…

« Oui, il y a une sélection mais bon ça nous arrive aussi de prendre de vieux chiens (entre 10 et 12 ans), justement pour les placer à des personnes âgées, ou sinon on recupère les chiots de deux mois. Mais le problème, c’est qu’il y a de moins en moins d’adoption. Dans notre refuge, on a une cinquantaine de places, donc au bout d’un moment on est obligé de refuser de nouvelles entrées… »

Dans quel état les animaux arrivent-ils à la SPA ?

« Alors, quand ce sont des abandons que l’on appelle « volontaires », c’est-à-dire quand c’est le propriétaire lui-même qui nous amène l’animal, le chien est quand même en bon état général puisque c’est le sien. Ensuite, les chiens de fourrière arrivent souvent dans des états de maigreur avancé, ou ne sont pas toilettés, et nous après, on est là pour les remettre en bonne santé… »

D’après vous, pourquoi il y a autant d’abandons ?

« Tant que les gens ne comprendront pas qu’il faut stériliser, il y aura beaucoup d’abandons, surtout de chatons, parce qu’il y a prolifération. Pour lutter contre l’abandon des animaux, il faut sensibiliser les gens à la stérilisation et à l’éducation aussi. Mais cela reste encore très difficile de responsabiliser les personnes envers leur animal… On rappelle à chaque adoption qu’un animal a un coût (frais vétérinaires, nourriture, lui donner de son temps pour le sortir, jouer avec lui…) »

Combien d’adoptions faites-vous dans votre centre justement ?

On fait à peu près 600 adoptions par an dans notre centre, c’est-à-dire, que tous les chats et les chiens qui rentrent ici, ressortent au bout de 6 mois, au bout de 2 ans maximum. Sinon, tout dépend de la catégorie de l’animal. Les chiens de petites tailles arrivent à trouver un foyer rapidement, les chiens gardiens aussi, ensuite d’autres qui ont moins de chance… Parfois certaines adoptions se passent mal, il y a des retours, pas beaucoup mais ça peut arriver, des personnes qui sont allergiques et qui ne le savaient pas, des séparations où personne ne veut récupérer l’animal. Il y a des chiens aussi qui ne se sentent pas bien chez les personnes, qui n’arrivent pas à s’épanouir.

Je remercie Sylvie Quintana et la SPA de Perpignan Sud de m’avoir permis de leur poser des questions ainsi que de tourner des images dans leur structure.

Une réflexion sur “Une vie de chien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s